Bambou


Le bambouQuelques VariétésRécolte & sélectionSéchage & StockageLes TraitementsTechniques d'assemblagesLes Outils
Partons à la découverte du bambou, comment il pousse, un peu de son histoire en Europe, et quelques utilisations quelque peu improbable…

Je vous propose ici de partir à la découverte des variétés de bambous particulièrement intéressantes pour la construction.

Deux Axes seront abordés, les bambous possédant des propriétés intéressantes pour la construction (solidité, résistance, tenue dans le temps) ainsi que les bambous possédant des caractéristiques esthétiques à mettre en valeur.

Note: je n’aborderai ici que les variétés de Bambou que l’on peut trouver et cultiver en France.

si jamais vous aviez besoin d’aide pour identifier vos Bambous, une seul adresse: lesbambous.fr/forum

 

– Bambous pour la construction

Phyllostachys bambusoides

Credit: Photo by Gianluca Nicolella

Phyllostachys bambusoides

diam: 1 à 15 cm, beaucoup utiliser dans l’artisanat japonais, très solide. Difficile à trouver en France,hormis chez les collectionneurs ou les boutiques

Phyllostachys Nigra

Credit: Photo by jean-valéry thoraval

Phyllostachys nigra

diam: 1 à 7 cm, paroi peu épaisse mais résistante, donc léger et solide, facilement trouvable et identifiable puisque le chaume est noir, sauf la première année de sa vie où il va progressivement virer, sous forme de tâches d’abord, au noir (il y à plusieurs clones de Nigra, et tous ne prennent pas leur couleur noir aussi rapidement).

phyllostachys nigra henonis

Credit: Photo by jean-valéry thoraval

Phyllostachys nigra ‘Henonis’

diam: 1 à 8 cm, chaumes particulièrement résistants.

Phyllostachys Nigra Boryana

Credit: Photo by jean-valéry thoraval

Phyllostachys nigra var. Boryana

diam: 1 à 8 cm, chaumes particulièrement résistants. en séchant le contraste entre les tâches marbrées et le reste du chaume augmente, mettant ainsi en valeur le marbré de ce superbe bambou, de fait utilisable en déco également.

Phyllostachys pubescens/Edulis

Phyllostachys pubescens

Phyllostachys Pubescens / Edulis

diam: 1 à 20 cm, bois tendre, utilisé pour son diamètre, très résistant.
on le trouve sous 2 noms différents: Phyllostachys Pubescens et Phyllostachys Edulis, mais il s’agit bien des deux mêmes, on l’appelle aussi bambou Moso (nom commun).
c’est le must avec henonis et bambusoides! quand on dit du bambou qu’il est plus résistant que l’acier, c’est de lui que l’on parle et pas d’un autre…
il a tendance à être courbé par contre, mais sur le bas du chaume.
photo à venir… Phyllostachys rubromarginata

diam: 1 à 5 cm, excellente qualité chaume lisse et brillant.
Phyllostachys Viridiglaucescens

Credit: Photo by jean-valéry thoraval

Phyllostachys viridiglaucescens

diam: 1 à 9 cm, voisin de ph bambusoides avec lequel il peut être confondu, surement l’un des plus répandu en France, car il a été importé fin 19ème. Si vous tombez sur un vieux et gros bosquet de bambous verts, vous avez de forte chance pour que ce soit celui là. A ne pas le confondre avec Phyllostachys Aurea, qui lui a les noeuds souvent très déformés à la base et qui ne vaut pas grand chose niveau mécanique et que l’on voit partout en France, très vendu en pépinières… par contre Viridiglaucescens est facile à identifier, car il fait parti des rares bambous qui sont plein (à l’entre noeuds) au niveau du sol, et au niveau du sol uniquement…
Phyllostachys Viridis

Credit: Photo by jean-valéry thoraval

Phyllostachys viridis

diam: 1 à 10 cm, seul défaut, chaume non rectilignes sur plus de 2 à 3 mètres (sur les 3-4 premiers mètres, suivant sa taille), sinon excellente qualité.
Phyllostachys prominens

Credit: Photo by jean-valéry thoraval

Phyllostachys Prominens

diam: 1 à 10 cm, beau bambou, noeuds légèrement renflés, entre noeuds court, solide, très solide.
photo à venir… Pseudosasa amabilis

diam: 1 à 5 cm, ou canne de Tonkin, trés solide, réputé résister naturellement aux attaques d’insectes.

photo à venir… Pseudosasa Japonica

diam 1 à 3cm, appelé le Bambou flèche car utilisé auparavant pour faire des… oui tout à fait! beaucoup utilisé pour faire des tuteurs, très solide, droit, et très circulaire. importé lui aussi fin 19ème on en trouve partout en France. ce bambou ne fait pas plus de 3/4 mètres pour les vieux et beaux bosquets, et plutôt 2 mètres en générale.
il à de longue feuilles qui peuvent faire entre 20 et 35cm de long pour 5 à 7 de large.

 

 

 

– Bambous pour la déco


Phyllostachys Aurea

Credit: Photo by jean-valéry thoraval

Phyllostachys Aurea

diam: 1 à 6 cm, Ce Bambou était autrefois beaucoup utilisé pour faire des cannes à pêche, en raison de sa souplesse. Admirez la beauté ainsi que la diversité de ses noeuds.

Phyllostachys Aureosulcata (Alata et Spectabilis)

Credit: Photo by jean-valéry thoraval

Phyllostachys Aureosulcata Alata, Spectabilis et Harbin Inversa

diam: 1 à 5 cm, Les Bambous « Zig-Zag » par excellence. On ne trouve ces Zig Zag que sur le bas des chaumes, intéressant en déco.

photo à venir… Phyllostachys Aureosulcata Harbin

diam: 1 à 5 cm, Encore un Bambou en « Zig-Zag » (de la famille Aureosulcata), mais cettes fois-ci avec en plus des rainures tout le long du chaume. Ce Bambou est également appelé le Bambou Round Up, car c’est déversant du Round Up dessus qu’il à acquis ses rainures.

Chimonobambusa Tumidissinoda (et un chaume de nigra au milieu)

Credit: Photo by jean-valéry thoraval

Chimonobambusa Tumidissinoda

diam: 1 à 3 cm, Ce Bambou est souvent utilisé pour faire des bâtons de marche, ou cannes. Ses noeuds en forme de cymbales le distingue de bien des bambous. Attention, un Phyllostachys Nigra s’est glissé sur la photo…



Objectif : obtenir des chaumes contenant un minimum d’amidon (réduit les chances d’attaques d’insectes) et d’humidité (réduit le temps de séchage et les risques d’éclatement).

3 facteurs entrent en compte :

– L’âge du bambou:

Jusqu’à 3 ans le bambou produit énormément d’amidon, on a donc plus de chances qu’il se fasse attaquer par des insectes lors du séchage.
Cependant pour des travaux de vannerie ou de tressage, il est préférable d’utiliser des chaumes âgés de 2 à 3 ans. Les chaumes sont plus souples, et le risque d’attaque par des insectes (dû à la forte teneur en amidon) sera compensé par une courte durée de séchage des chaumes divisés en lamelles.
De plus un chaume de moins de 2 ans n’a pas encore terminé sa lignification, il ne comporte alors que très peu de fibres, le rendant inadéquat pour quelques travaux que ce soit.
En construction les chaumes de 3 à 6/7 ans sont utilisés, au-delà les chaumes perdent de leur résistance, et se détériorent petit à petit.

– La période de l’année:

C’est en hiver que les Bambous contiennent le moins d’amidon et le moins d’humidité, et en été qu’ils en contiennent le plus.
La période à proscrire est celle ou les turions sortent de terre, on risque de les endommager, cachés par les feuilles. Si on récolte l’été on s’assurera alors d’une période prolongée de beau temps avant d’aller récolter.
Dans certains pays on récolte le bambou les jours de pleine lune (Amérique du sud) ou, au contraire, les jours de nouvelle lune (Inde).

– Le moment de la journée:

C’est pendant la nuit que le Bambou se repose, il contient alors moins d’amidon et moins d’humidité.
Il est donc préférable de récolter tard en fin de journée ou tôt en début de journée.
Certains préconisent de récolter en fonction des marées (et donc de la lune) descendante, (sève descendante…).

 

Déterminer l’âge d’un chaume (sur la photo il s’agit de Phyllostachys Viridiglaucescens):

Phyllostachys Viridiglaucescens

Photo by jean-valéry thoraval

Photo by jean-valéry thoraval

Photo by jean-valéry thoraval

Photo by jean-valéry thoraval

Photo by jean-valéry thoraval

Photo by jean-valéry thoraval

Photo by jean-valéry thoraval

Un chaume de l’année

Un chaume d’environ 1 an

un chaume arrivé à maturité

un chaume mature

Comme on le voit sur les photos, les jeunes chaumes ont sous leurs nœuds une bague de pruine blanche, celle-ci s’efface avec le temps, vous pouvez vous servir de la présence ou l’absence de cette bague blanche comme indicateur (attention toutefois aux chaumes les plus exposés aux intempérie qui pourrait provoquer une perte de cette bague de pruine blanche plus rapidement qu’a la normal)
un autre indice de l’âge du chaume est, comme on le voit sur l’avant dernière et la dernière photo, sont ces tâches noir qui se forment en surface, des champignons, cela indique que le chaume est plus que mature et prêt pour le service. Plus il y aura de tâche et plus l’ensemble du chaume se foncera, allant jusqu’au marron foncé, une odeur de vinaigre finira par s’en dégager, le chaume est alors trop vieux pour être utilisé.

Note: il est très important de n’utiliser que des chaumes matures, ce sont les seuls qui résisteront au temps. Tous chaumes récoltés trop jeunes pourriront dans les 2 à 3 mois après la récolte et deviendront inutilisables!

Lors de la sélection d’un chaume en vue de le récolter, il est également très important de vérifier que celui-ci n’ai pas déjà était attaqués par des insectes.
Pour cela on portera un soin particulier à examiner plus particulièrement les nœuds du chaume, en effet, c’est le plus souvent au niveau des nœuds que les vilaines bébêtes attaquent un chaume pour y entrer et le dévorer de l’intérieur. Les trous qu’elles forment ont un diamètre de 1 à 2mm grand maximum.

Sources et liens:

http://www.inbar.int/publication/pubdetail.asp?publicid=9&catecode=
http://www.guaduabamboo.com/drying-bamboo.html
Livre: « Les Bambous » / Yves Crouzet

– Transpiration (étape vivement recommandé, technique ancestral)

Objectif : réduire, par transpiration, la teneur en amidon et humidité du chaume récolté. 3 techniques sont utilisées, juste après avoir coupé le chaume :

– On repose le chaume sur place, isolé du sol par une grosse pierre, en le laissant à la verticale.
– On repose le chaume sur place, dans un sceau d’eau, toujours en le laissant à la verticale.
– On immerge le chaume dans un cours d’eau, en le maintenant sous l’eau à l’aide de pierres.

Quelques soit la technique choisie, on attendra que les feuilles jaunissent pour débiter les chaumes et les mettre au séchage.
Chaque chaume étant unique il conviendra de surveiller les chaumes régulièrement.

– Séchage (étape obligatoire*)

Objectif : réduire le taux d’humidité à 15% ou moins, de manière progressive.

Différents paramètres affectent le temps de séchage des chaumes :

– Le taux initial d’humidité des chaumes
– L’épaisseur et le diamètre des chaumes
– Le taux d’humidité du lieu de stockage
– La quantité de lumière du soleil reçu.
– La ventilation de l’air

Les chaumes doivent être stockés à l’abri de l’humidité et du soleil, dans un air frais et ventilé.
il est important d’éviter de trop grandes variations de température et d’humidité pendant le séchage, risque de fente du bambou.

* Note : l’utilisation que l’on va faire du chaume récolté détermine la nécessité de le faire sécher ou pas.
Ainsi si son utilisation est destinée à de la vannerie ou du tressage, ou nécessite des chaumes verts (par exemple pour pouvoir les cintrer), on peut alors s’affranchir de l’étape de séchage à l’air.

 

– Stockage

Objectif : apporter toute les conditions dont le Bambou à besoin pour sécher.

Les chaumes doivent être isolés du sol, si possible stockés à la verticale, ce qui permet un séchage plus rapide.
Il faudra veiller, dans ce cas, à ce que des points de supports évitent aux chaumes de se déformer.
Si les chaumes sont stockés à l’horizontale il faudra veiller à les espacer de manière à permettre une bonne circulation de l’air.

Dans tous les cas, tous les 15 jours environ, il faudra faire pivoter les chaumes pour un séchage plus homogène.

Note: Les chaumes destinés à de la vannerie, du tressage ou devant rester vertes et souples peuvent être stockés dans un bain d’eau pour maintenir leur fraîcheur plusieurs mois.

 

Sources et liens:
http://www.inbar.int/publication/pubdetail.asp?publicid=9&catecode=
http://www.guaduabamboo.com/drying-bamboo.html
« Les Bambous » / Yves

Objectif: Protéger le chaume des insectes.

la suite bientôt…

Sources et liens:

http://www.inbar.int/publication/pubdetail.asp?publicid=9&catecode=

http://www.guaduabamboo.com/drying-bamboo.html

« Les Bambous » / Yves Crouzet
http://abari.org/treatment

Ici, très prochainement, quelques techniques d’assemblages…

en attendant, voici un PDF, en Espagnole, avec les principaux lien que l’on peut faire:

http://www.basta.jabagalea.fr/tutorielbambou/manual-de-construccion-con-bambu-o.h.lopez.pdf

Quelques liens, en Anglais, mais comme on dit souvent, un schéma vaut 1 milliers de mots:

http://www.guaduabamboo.com/joining-bamboo-basic-principles.html

une page, où vous trouverez tous un tas de techniques de travail du bambou, 1er pas dans la découverte des possibilités qu’offre le bambou:

http://www.guaduabamboo.com/working-with-bamboo.html

Pour fendre le Bambou:

19.100.2
Un autre outils important pour fendre un chaume:

IMG_2487ouaib
Pour le travailler:
IMG_6643_large

 

Un autre outils très utile pour travailler le bambou et notamment dans des zones plus compliquées:

Japanese_Tools_knives034_large

Pour le scier:

Dec_2015_gift_set_out_of_bag_1024x1024

(à défaut, une scie à bois avec de petites dents ou même une scie à métaux conviendront parfaitement)

Pour le Percer:

foret-forstner-titane-40mm

(foret dit foret Forstner)

à défaut, des forets à bois plats conviendront, par contre les forets à bois traditionnel ne conviennent pas tout à fait à moins d’abaisser son niveau d’exigence.

enfin voici quelques liens où vous pourrez acheter en ligne toutes forme d’outils manuel pour le travail du Bambou (attention tous en Anglais):

http://www.hidatool.com/bamboo

http://www.bamboodirect.com/bamboo/catalog/tools.html

http://www.japanwoodworker.com/category/13215/knives-cutters–accessories.aspx